Santé mentale

La Santé mentale en Irak: l’éditorial

On pourrait penser qu’un pays qui a subi des décennies de guerre, la destruction de l’essentiel de ses infrastructures, la désintégration de sa société et le traumatisme du martyr dans chaque foyer se sentirait le besoin d’investir dans la santé mentale afin de transcender cette expérience tragique. Ce n'est malheureusement pas le cas.

L’Irak a l’un des taux de psychologue et de psychiatres par habitant parmi les plus bas de la planète. Cette carence a laissé des milliers d’irakiens sans aucune assistance aux heures les plus sombres de leur détresse psychologique. Mais il y a pire. Les préjudices culturels dans le pays entravent fortement l’établissement d’institutions de soins psychologiques.

Sans volonté, il n’y a pas de progrès. Les problèmes psychologiques en Irak restent perçus comme des signes de faiblesse ou de défaillances que peu de gens sont prêts à affronter auprès d’un spécialiste. Pendant ce temps, le gouvernement reste inactif concernant ses obligations les plus basiques en termes de santé. Ce dossier contient une série d’articles éclairant cet aspect particulier de la santé en Irak.

La journaliste Sanar Hassan a rédigé une étude courageuse et inspirante afin d’exposer les pressions immenses visant les minorités sexuelles en Irak. La banalité du mal visant avce acharnement la communauté LGBTQ est menée par des membres du gouvernement, des religieux, des médias conservateurs ainsi que des groupes armés.

The Red Line publie également un reportage inédit du journaliste Quentin Muller sur les institutions psychiatriques irakiennes où il décrit de manière cinglante la réalité des asiles dans le pays tout en analysant la situation globale du pays et l’état de délabrement généralisé des installations psychiatrique en Irak.

Par la suite, The Red Line publiera l’essai inspirant du docteur Sardar Aziz offrant un regard nouveau en se focalisant sur un aspect singulier de la psychologie sociale au sine de la communauté kurde en Irak: la colère et son impact sur la politique dans la région. Cette analyse sociologique, philosophique et psychologique nous offre un regard nouveau et inhabituel sur l’évolution du Kurdistan sur le plan social et politique.

Suivra un reportage du journaliste Seif Mehdi’s concernant l’impact psychologique de la violence de rue. Celle-ci provoque des troubles sérieux pour ceux qui en font les frais, parfois de manière quotidienne. L’effet des violences et du harcèlement sur les enfants peut avoir des effets durables, notamment concernant leur capacité d’intégration dans la société et d’adaptabilité à un environnement pleins de défis.

Notre reportage final concerne la violence tribale et comment celle-ci peut avoir un impact dévastateur sur la société. Le reporter Mahdi el Saidi a étudié ce phénomène et son impact sur les structures sociales dans les gouvernorats de Dhi Qar et Bassorah.

Alors que la violence et la récession économique continuent d'affecter une majorité d’irakiens, l’unique espoir que la société irakienne surmonte un jour ses traumatismes actuels est par un accompagnement et un investissement massif des pouvoirs publics dans les infrastructures de santé psychologiques ainsi que par la sensibilisation auprès des irakiens des bienfaits des soins psychologiques. Pour citer Sigmund Freud: “Il est impossible de ne pas se rendre compte dans quelle large mesure l’édifice de la civilisation repose sur le principe du renoncement aux pulsions instinctives".

Popular articles

La violence tribale en Irak : une perspective psychologique

En Irak, les faits divers impliquant la violence sont routinières. Pour les Irakiens, il est rare qu'un jour passe sans qu’elle ne fasse surface....

Le harcèlement en Irak fait des ravages dans la société

Aux États-Unis, il faut noter que les 50 États ont tous adopté une loi anti-intimidation dans les écoles, le premier, étant la Géorgie en...

Irak, année zéro de la psychiatrie 

En Irak, la dépression ou les maladies psychiatriques touchant pourtant de larges pans de la population, ne sont pas considérées. Elles sont même synonyme...

Psychologie sociale, colère et politique au Kurdistan irakien 

Dans le Kurdistan irakien et de manière plus large, dans tout le Moyen-Orient, la colère est à l’ordre du jour. Cela est perceptible au...

LGBT en Irak: la guerre psychologique

“J’ai l’impression que mon corps ne m’appartient plus” Zainab est une jeune femme lesbienne de 22 ans originaire de Bagdad. Sa famille l’a forcé à...