La longue lutte des enseignants non contractuels au Kurdistan irakien : Un appel à une réforme urgente

Depuis de trop nombreuses années, une lutte silencieuse se déroule loin des regards au cœur des des paysages montagneux du Kurdistan irakien. Cette bataille est menée par les enseignants non contractuels. Dans leur engagement à former les esprits des jeunes de la région, ils ont assumé une responsabilité monumentale. Pourtant, leurs contributions sont restées largement méconnues et leurs efforts ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Cette absence de reconnaissance contraste fortement avec l'impact qu'ils ont eu sur l'éducation. Alors que l'incapacité du gouvernement regional du Kurdistan (GRK) à leur accorder une reconnaissance persiste, ces éducateurs se trouvent dans une situation difficile. Ils sont confrontés à des défis qui non seulement perturbent leur vie, mais ont également un impact sur l'avenir de l'éducation dans la région. La lutte invisible  Pendant...

En quête de justice pour les disparus : la responsabilité Masoud Barzani

En 1996, lorsqu'un journaliste de l'agence AP a demandé à Massoud Barzani si l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein était son ami ou son ennemi, il répondit : "Il était notre ennemi, mais je ne peux plus dire qu'il est notre ennemi". Les événements qui ont suivi cette nouvelle "amitié" avec Saddam Hussein ont engendré d'immenses traumatismes physiques et psychologiques au peuple kurde d'Irak. Le traumatisme de l'absence L'histoire de la région du Kurdistan irakien après 1996 a provoqué de sérieux traumatismes dans la mémoire collective de la population. Imaginez un instant n’avoir jamais rencontré votre père car celui-ci a été arrêté alors que vous n'étiez pas encore né. Au fil des années, vous avez célébré chaque étape importante de votre vie,...

La déliquescence du modèle social Kurde irakien

Le Kurdistan irakien est en train de perdre sa cohésion sociale. L’élément ou la pluralité des facteurs qui assuraient autrefois la cohésion sociale kurde n’ont plus la même force d’attraction. Dans cet article, l’auteur explique quels sont les apports historiques que la kurdicité et l’islamisme ont apportés à la cohésion sociale par le biais de croyances, de routines, de symboles, d'histoires et d'imagination. Être musulman et être kurde, comme le démontre le concept de Kurdayati (concept que nous expliquerons dans cet essai), sont aujourd'hui irrémédiablement fracturés pour un certain nombre de raisons. L'assassinat de Xwamas Wrya En juillet 2023, un meurtre inhabituel a eu lieu dans la ville de Chamchamal, à la périphérie de Sulaymaniyah. Un acteur de 22 ans, connu...

Le Kurdistan irakien dans la tourmente politique

Cet article est publié en partenariat avec l’édition kurde (Kurmanji) du Monde Diplomatique (https://ku.mondediplo.com/) Empêtré dans d’interminables négociations avec le gouvernement fédéral irakien d’une part et en proie à ses propres discordes politiques, le Kurdistan irakien traverse une grave crise institutionnelle. La décision du gouvernement fédéral d’allouer 12,6% de son budget à la région autonome kurde en échange de la livraison annuelle par le Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK) de 400 000 barils de pétrole à Bagdad n’a pas été bien accueillie à Erbil. Entretemps, la tension monte entre le Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) et l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK), les deux partis dominant la scène politique kurde. Ces tensions internes affaiblissent d’autant plus la force de négociations du GRK face à un gouvernement fédéral décidé à réaffirmer ses...

La saga des obstacles autour des projets de développement publics irakiens

Dans l'ombre des villes irakiennes, on trouve les vestiges de nombreux projets inachevés : d'innombrables structures, abandonnées dépérissent sur place. Leurs structures muettes et creuses se hérissent face au vent implacable, tandis que des chiens errants cherchent refuge parmi ces vestiges délabrés de ce qui fut jadis la promesse du développement. Ces squelettes disséminées dans la plupart des provinces irakiennes sont multiples: complexes résidentiels ou stades, en passant par les ponts et les projets d'infrastructure - tous destinés à l'origine à la grandeur, mais qui ne sont plus que des spectres de la gloire qu'ils devaient symboliser. Dans cet article, nous nous penchons sur l'impact de ces projets abandonnés, un reflet troublant de la corruption qui afflige le pays depuis...

En Irak, agents d’entretien et emplois fictifs font bon ménage

Aux lueurs, en un jour ordinaire, Ahmed quitte son humble demeure. Cet agent d’entretien, ne porte pas la tenue typique à son métier, mais un ensemble digne d'un cadre d'entreprise - un costume noir élégant, une chemise blanche impeccablement repassée et des chaussures étincelantes. En outre, sa destination n'est pas un immeuble de bureaux aux façades de verre brillant, mais une résidence palatiale, celle d'un ancien gouverneur devenu parlementaire : malgré son poste officiel, Ahmed est employé chez un homme politique, qui a réussi à dissimuler cet emploi pour éviter de payer son salaire. Ce curieux cas est éclairant concernant la tendance singulière des travailleurs dits "fantômes", présents non seulement dans les secteurs municipal, militaire et sécuritaire de l'Irak,...

Derrière la machine à expresso : une plongée dans la vie des employées de café en Irak

Au cœur de Bagdad, à deux heures du matin, un taxi s'arrête devant un immeuble résidentiel banal de la rue Saadoun. Le ciel est éclairé par un coup de tonnerre, tandis que la pluie printanière incessante arrose la ville. Notre protagoniste, que nous appellerons Mona, un pseudonyme qu'elle affectionne, prend un moment avant d'entrer dans son logement, chassant un rat qui rôde avant de disparaître dans l'ombre de l'entrée de son immeuble. Pendant la journée, Mona travaille sans relâche dans un café situé dans le quartier de Karada, à Bagdad. Ses tâches vont du service des boissons à la préparation des narguilés, son service s'étendant de la fin de l'après-midi jusqu'au petit matin. Malgré les longues heures et le travail...

Les réseaux sociaux: la nouvelle bataille pour la liberté d’expression en Irak

Mi-janvier, le ministère de l’intérieur irakien lançait une plateforme de dénonciation de contenu immoral. Selon une source anonyme, près de 137 000 signalements pour “contenu contraire à la morale” avaient déjà été faits en moins de deux mois. Depuis le début de l'année, une dizaine de bloggeurs et influenceurs ont été arrêtés pour des vidéos jugées indécentes. La liberté d’expression en question Sur internet, la menace plane. Les influenceurs sur les réseaux sociaux doivent désormais réfléchir à deux fois avant de publier un contenu sur Facebook, TikTok, YouTube ou Instagram s’ils ne veulent pas que la police vienne taper à leur porte.  La chasse au “contenu immoral” est ouverte sur la base du paragraphe 403 de loi 111 du code pénal irakien qui punit de deux ans d’emprisonnement toute personne qui exploite...

Au Kurdistan, la Turquie manque sa cible et s’attire les foudres de l’Irak

C’est un matin lourd à Suleymaniye, ce samedi 8 avril 2023. Un vent léger charrie ce sable fin des mauvais jours. L’air est pesant et les montagnes avoisinantes sont invisibles. Dans la ville, l’activité est normale quoique ralentie en ce 17ème jour de ramadan. En périphérie de la ville, les abords de l’aéroport sont calmes. Le vol à destination de Médine a décollé normalement dans la nuit. Rien ne laisse deviner qu’un attentat a eu lieu ici la veille. « Frappe aérienne », « bombe déposée devant une grille », voire « roquette iranienne », les rumeurs sont allées bon train avant que les détails ne soient communiqués dans la soirée. Mazlum Abdî, aussi connu sous le nom de Mazlum Kobanî, commandant suprême des Forces Démocratiques Syriennes, une coalition de milice dominée par des rebelles kurdes syriens, et Îlham Ahmed, co-présidente du Conseil exécutif de la région autonome du Nord Est Syrien (une entité non reconnue officiellement), se trouvaient effectivement à Suleymaniye et ont été la cible d’une attaque de drone. Le ministère de la Défense américain évoque l’attaque d’un « convoi », quand d’autres parlent de l’hélicoptère qui devait ramener les deux responsables kurdes syriens dans le Nord de la Syrie (Rojava). Dans les deux cas, du personnel militaire américain était présent sur les lieux de l’attaque, et aucune perte humaine n’est à déplorer. Aucune revendication n’a été faite pour l’heure, mais les regards se sont immédiatement tournés vers la Turquie. Cette attaque intervient en effet moins d’une semaine après que les autorités turques aient annoncé la fermeture de leur espace aérien aux avions en provenance et à destination de Suleymaniye le 3 avril dernier, cela pour une durée de...

L’or noir: un malheur de la population et une aubaine pour les corrompus

Bassorah, la troisième ville d’Irak, compte environ 2.7 millions d’habitants selon les chiffres officiels — en réalité la population est plus large. Les recensements inexacts et l’absence d’un système électronique capable de calculer avec précision l’immigration à Bassorah a notamment engendré une confusion quant à sa population exacte. Parmi les facteurs de d'immigration vers la "Venise du Moyen-Orient", on trouve notamment la recherche d'emploi dans le secteur privé, dans la construction ou bien les opportunités dans le secteur pétrolier. En effet, la province du sud du pays concentre un grand nombre de compagnies nationales et internationales exploitant plusieurs gisements d'hydrocarbures, une manne économique sans équivalent dans le reste du pays.   Malgré la présence de compagnies pétrolières et une attractivité économique...

L’écho du slogan « Jin, Jiyan, Azadi » atteint le Kurdistan irakien

Alors que les manifestations dans le Kurdistan iranien et dans le reste de l'Iran gagnent l'attention et le soutien du monde entier, la rivalité intra-kurde dans le kurdistan irakien (KRG) entre l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK) et le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) entravent la population dans l’expression de sa solidarité avec les manifestations outre-frontière. Ces contraintes sont d’autant plus accentuées par les liens politiques qu’entretiennent ces poids lourds de la politique kurde irakienne avec les États voisins.  Jina Amini (également connue sous son nom imposé par les autorités iraniennes de Mahsa Amini car l'Iran refuse de reconnaître les noms kurdes), était une femme kurde de 22 ans originaire de Saqqaz, qui aspirait à devenir avocate. Cependant, le régime de la République islamique d'Iran a mis fin à son rêve le 16 septembre 2022. Elle a été gravement battue alors qu'elle était détenue par la police des mœurs pour ne pas avoir correctement porté le hijab obligatoire. Malgré les tentatives du régime de cacher la cause du décès au public, l'histoire a finalement éclaté grâce à la journaliste Niloofar Hamedi, qui a ensuite été arrêtée pour avoir diffusé l’information. La nouvelle s'est vite répandue dans tout le pays et au-delà, déclenchant des émeutes dans toutes les villes kurdes d'Iran. Quasiment toutes les provinces du pays leur ont emboîté le pas, de Téhéran au Baloutchistan en passant par l'Azerbaïdjan et le Khouzistan. Dans toutes ces régions, les manifestants ont exigé la fin de la dictature théocratique, du patriarcat et du hijab obligatoire.  Simultanément, les Kurdes de la région du Kurdistan irakien ont tenté d’organiser des manifestations pour soutenir le peuple iranien et en particulier les provinces kurdes d'Iran qui ont été confrontées à une...

Le pétrole de Garmian

Garmian est un sous-district de la province de Sulaymaniyah et est par définition sous le contrôle du parti de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), dirigé par la famille Talabani depuis sa création en 1975. Ce sous-district est l'une des rares zones de la région du Kurdistan d'Irak (KRG) à contenir des champs pétrolifères. Comme tous les cantons de province de Suleymanyeh, Garmian est sous la coupe de cadres politico-militaires de l’UPK, dont Mahmood Sangawi, Adnan Hameimina et Ali Shahid Muhamad. Ces derniers ont longtemps joué un rôle décisif dans l’attribution des concessions pétrolières et ont également pris soin de profiter des dividendes produits par plusieurs compagnies locales d’exploitation des hydrocarbures.  Zone frontalière entre la région autonome du Kurdistan irakien et...

Santé mentale

La violence tribale en Irak : une perspective psychologique

En Irak, les faits divers impliquant la violence sont routinières. Pour les Irakiens, il est rare qu'un jour passe sans qu’elle ne fasse surface. Si la violence politique attire le plus l'attention, c’est parce que la société irakienne reste profondément divisée en communautés. Néanmoins, la violence clanique représente elle aussi une proportion importante de ces actions violentes. En Irak, des armes légères ou lourdes sont utilisées dans les conflits claniques dans d’incessantes affaires de règlements de comptes sans que l'État ne parvienne à limiter leur circulation. Cet engrenage s’enclenche souvent pour des motifs frivoles, comme un désaccord sur la distribution des ressources économiques sur un territoire, ou simplement à cause d’une plaisanterie blessante entre deux personnes de clans différents.  Victimes...

Le harcèlement en Irak fait des ravages dans la société

Aux États-Unis, il faut noter que les 50 États ont tous adopté une loi anti-intimidation dans les écoles, le premier, étant la Géorgie en 1999, et plus récemment le Montana a adopté une loi anti-intimidation en avril 2015. Au Canada, c’est en 2012 qu’une loi a été adoptée par le gouvernement provincial du Québec pour lutter contre l'intimidation. Elle est entrée en vigueur la même année. l'Autriche a également imposé des lois aux enseignants avec un devoir légal de diligence pour assurer la sécurité et le bien-être de leurs élèves. Donc, les enseignants doivent se conformer professionnellement et éthiquement en intervenant dans les accidents d'intimidation. Les Philippines ont adopté la loi anti-intimidation de 2013, qui oblige toutes les écoles primaires...

Irak, année zéro de la psychiatrie 

En Irak, la dépression ou les maladies psychiatriques touchant pourtant de larges pans de la population, ne sont pas considérées. Elles sont même synonyme de honte et de faiblesse. Les rares structures médicales existantes n’offrent pas de soins adaptés à des hommes et femmes traumatisés par la violence de la société. À Sadr City, des murs barbelés s’étendent sur plusieurs centaines de mètres. À l’entrée principale de l'hôpital psychiatrique al-Rashid gardée par des hommes armés, le personnel du matin vient relayer l’équipe de nuit. À l’intérieur, des oiseaux prennent leur bain dans des marécages. Des voitures désossées parsèment l’enceinte. Au loin, quelques blocs de bâtiments grillagés apparaissent timidement au milieu de la verdure rampante. Deux silhouettes humaines émergent. Les deux...

Psychologie sociale, colère et politique au Kurdistan irakien 

Dans le Kurdistan irakien et de manière plus large, dans tout le Moyen-Orient, la colère est à l’ordre du jour. Cela est perceptible au travers des nombreux événements qui émaillent la région, qu’ils soient mineurs ou importants: manifestations, dynamiques migratoires, discours houleux dans les médias sociaux et taux de participation électoraux au nadir. L’auteur de ces lignes a choisi de se focaliser principalement sur la région autonome du Kurdistan irakien plutôt que sur l’Irak. Ces deux espaces sont intrinsèquement liés mais sont également très différents pour de nombreuses raisons. La spécificité du Kurdistan concernant la question de la colère en politique sera donc analysée dans cet article.  Malaise dans la modernisation Il va sans dire qu’une des caractéristique notable de la...

La violence tribale en Irak : une perspective psychologique

En Irak, les faits divers impliquant la violence sont routinières. Pour les Irakiens, il est rare qu'un jour passe sans qu’elle ne fasse surface. Si la violence politique attire le plus l'attention, c’est parce que la société irakienne reste profondément divisée en communautés. Néanmoins, la violence clanique représente elle aussi une proportion importante de ces actions violentes. En Irak, des armes légères ou lourdes sont utilisées dans les conflits claniques dans d’incessantes affaires de règlements de comptes sans que l'État ne parvienne à limiter leur circulation. Cet engrenage s’enclenche souvent pour des motifs frivoles, comme un désaccord sur la distribution des ressources économiques sur un territoire, ou simplement à cause d’une plaisanterie blessante entre deux personnes de clans différents.  Victimes oubliées Les victimes de la violence clanique ne sont pas seulement...

Politique

Le sursaut sadriste et la rue kurde

Pour les kurdes d’Irak résidant dans la région autonome du Kurdistan (GRK), l’établissement de leur autonomie en 1991 a engendré des dynamiques sociales et politiques qui les ont progressivement déconnectés de la communauté arabe irakienne. Dernièrement, les soulèvements impulsées par le leader chiite Moqtada al-Sadr ont été une nouvelle occasion d’observer le rôle plus ou moins passif des citoyens de la région du Kurdistan concernant cette énième crise politique qui risque une fois de plus de plonger le pays dans la guerre civile.  Après la guerre du Golfe, les régions kurdes du nord de l’Irak, également connues sous le nom de Bashuri Kurdistan , ont bénéficié d’une autonomie vis-à-vis du gouvernement central irakien. Sa capitale Erbil abrite son parlement, ses bâtiments ministériels et présidentiels, qui répondent aux besoins sécuritaires, juridiques,...

Crise politique irakienne: les minorités dans la tourmente

Les différentes composantes religieuses Irakiennes sont sorties fortement affaiblies de la crise politique actuelle qui secoue le pays. Ces tensions politiques poussent ces groupes ethniques et religieux au désespoir. Peu à peu s’installe la conviction qu’un avenir sombre les attend, tant elles paraissent incapables d’assurer leur existence politique ou sociale. Pour beaucoup de membres de ces communautés, l’immigration est la seule solution pour survivre. En Irak, les forces politiques prépondérantes — surtout les Kurdes et les chiites — ont réussi à coopter la représentation politique des minorités en les privant de toute influence concrète.   Les chrétiens, par exemple, ont le plus grand quota de représentants dans le parlement iraquien avec cinq députés - comparé aux autres composantes religieuses qui n'en ont qu’un...

L’Iraq au bord du gouffre: quel rôle joue l’Iran dans la rivalité entre Sadr et Maliki?

Alors que la tension persiste en Irak entre les militants du mouvement sadriste et leurs rivaux, la zone verte est le théâtre d’affrontements violents que seul l'ayatollah al Sistani semble être en mesure de stopper. Pendant que les partis milices comptent leurs gains et leurs pertes, les rues des villes irakiennes sont de nouveau maculées de sang dans une atmosphère de chaos et de destructions. De leur côté, les institutions gouvernementales menacent de s’effondrer à l’aune de ce énième bras de fer politique où l’État de droit est bafoué sans que les responsables n’aient à aucun moment à rendre compte de leurs actes. Néanmoins, une analyse peut s’avérer fructueuse en vue de cerner les racines de la rivalité entre...

Environement

Le Kurdistan : d’une région verte à un lieu désertique

Sur notre planète il n’existe pas un pays dont la nature n’ait pas été soumise à des agressions. Les humains sont les auteurs et les témoins des dommages qu’ils infligent à la nature. Ils voient chaque année brûler et partir en fumée des forêts entières. Considérés comme les poumons de notre planète, les espaces verts ne cessent de se rétrécir, notamment sous l’effet des incendies. Ici, dans la Région du Kurdistan irakien, le constat est on ne peut plus tragique. Dans cette petite région du monde, les forêts et la végétation semblent condamnées à la destruction. Notre environnement naturel est détruit depuis ciel et à partir de la terre : la nature se meurt. Bienvenue dans la Région des forêts qui...

Pénuries et salinisation: les problèmes d’eau inondent Bassorah

Du fait de la corruption et de sérieuses négligences de la part des autorités locales à Bassorah, la ville de l’eau et du pétrole, surnommée la perle de l’Irak ou la Venise du Moyen-Orient, a été déclarée ville sinistrée l’été 2018. Cela est dû à la contamination de ses sources d’approvisionnement en eau potable ainsi qu’aux dysfonctionnements que connaissent la plupart des stations d’épuration de la région. Suite à l’usage d’eaux usées par les infrastructures de la ville, des dizaines de milliers d’habitants ont souffert d'intoxications sévères à l’époque. Le gouvernement avait alors promis une enquête sérieuse afin de dévoiler les causes de ce désastre. Trois ans après les faits, toutefois, les résultats de l'enquête n’ont toujours pas étés annoncés et les promesses faites de résoudre la crise n’ont...

Les chiffonniers de Bagdad: entre misère et catastrophe sanitaire

Alors que la mafia irakienne a investi dans le business des déchets, les patients affluent dans les hôpitaux, enfants en tête. Le trafic de déchets génère beaucoup d'argent en Irak à travers un partenariat entre agences gouvernementales et opérateurs privés peu scrupuleux. Entretemps, les organismes de réglementation se réfugient dans le silence. Dans le camp Al-Rasheed, les habitants tirent leur subsistance en récoltant des déchets dans les décharges que la municipalité de Bagdad négocie pour 10 000 dinars irakiens (moins de  sept dollars) par jour. En Irak, le travail des mineurs n'est pas nouveau; il est presque banal. Mais ce qui est nouveau en la matière, c'est l'exploitation des enfants dans un commerce véritablement sale, dans tous les sens du...

Les marais irakiens: un dépérissement programmé

Les marais irakiens forment la plus vaste zone humide de l'Asie occidentale. De manière saisonnière, les "Ahwars" (le nom local des marais irakiens) voient la qualité et le niveau d’eau fluctuer. Ces marécages en aval du bassin fluvial du Tigre et de l'Euphrate, à cheval entre la république islamique d'Iran et l'Irak ont de tout temps abrité un écosystème exceptionnel et permis le développement d'un mode de vie singulier et fragile. Désormais, une succession de sécheresses en Mésopotamie doublée d'une gestion calamiteuse de l'eau et de la protection de l'environnement menacent de leur porter un coup fatal. Emblématique de la relation intime des hommes et de la nature figure un animal: le buffle des marais. Très dépendant d'une eau à la fois abondante et saine, les buffles voient aujourd'hui leur...

Elections

Le courant de Tishreen, l’avant-garde démocratique irakienne

Des mouvements au service de l'avenir Les soulèvements d’octobre 2019 ont généré des rassemblements de masse sans précédents dans huit gouvernorats du centre et du sud de l'Irak. Teintés de sang et de larmes, ces marches populaires se sont progressivement structurées en mouvements de contestation organisés, alors que le gouvernement continuait de faire la sourde oreille face aux revendications de réformes. Face à une répression sans précédent, les regards se sont tournés vers le mouvement Tishreen pour passer à l'action et proposer des solutions politiques en relation avec les revendications de la rue. Aux élections qui s’ensuivirent, la base populaire du mouvement Tishreen a su se mobiliser et poursuivre son initiative d'auto-organisation afin de sortir du modèle politique classique faisant...

Après les élections, le nouveau parlement garde ses vieilles habitudes

Bien que les dernières élections aient modifié l’équilibre de pouvoir dans le Majlis al-Nuwab (le parlement irakien), la bataille politique n’a rien apporté de plus qu’une nouvelle impasse. En effet, les espoirs portés par de nombreux irakiens de réformer rapidement l’État ont été vite douchés lorsque l’ancien establishment, qu’ils rejettent, a prouvé qu’il était résilient et a conservé une majorité des sièges de l’hémicycle.  Du fait des spécificités de la constitution irakienne, cette nouvelle impasse sera dure à dépasser. En effet, les blocs du parlement se partageant les 329 sièges doivent former une majorité pour former un gouvernement. Cet objectif s’est toujours avéré laborieux à atteindre et fragile à maintenir. Dans une démocratie fonctionnelle, à l’annonce d’un résultat électoral, les vainqueurs sont rapidement reconnus. La transition se doit d'être vite...

À al-Anbar, le nouveau code électoral a-t-il rebattu les cartes?

Dans la province d'al-Anbar, les électeurs, répartis sur les 380 centres de vote de la province, étaient attendus pour élire 15 parlementaires, dans quatre circonscriptions. Le remaniement des districts électoraux causé par la mise en place du nouveau codé électoral a divisé la province occidentale de l’Irak en quatre zones, au lieu de l’entité unique précédente. Cette évolution devait permettre à des candidats locaux de faire surface et de concurrencer les poids lourds locaux de la politique. Al-Anbar et les élections Dans la province d'al-Anbar, les électeurs, répartis sur les 380 centres de vote de la province, étaient attendus pour élire 15 parlementaires, dans quatre circonscriptions. Le remaniement des districts électoraux causé par la mise en place du nouveau codé électoral...

Aux élections irakiennes, les espoirs déçus des minorités

Le 10 octobre dernier, les irakiens se réunissaient pour élire les 329 nouveaux députés duMajlis al Nuwab, le parlement, lors d’élections législatives anticipées. Celles-ci furentorganisées par le gouvernement irakien afin de calmer la colère de la rue irakienne durantles manifestations d’octobre 2019. Parmi les sièges parlementaires à pourvoir, neuf sont attribués aux minorités selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2020. Le nouveau code survient après les manifestations d’octobre 2019, qui ont poussé l’ex-premier ministre Adel Abdul Mahdi à la démission avant qu’il ne soit remplacé par l’actuel premier ministre Mustapha Al-Kadhimi en mai 2020. Ce nouveau code, qui redéfinit entre autres les circonscriptions électorales, est un changement significatif du processus électoral irakien. Les minorités y ont notamment vu une chance de renforcer leur représentation au sein des institutions...

Femmes

L’institutionnalisation de l’inégalité des genres en Irak

Bien que les familles irakiennes soient généralement dirigées par des hommes, des études ont montré que celles menées par des femmes sont plus vulnérables à la pauvreté. Selon un rapport du Programme des nations Unies pour le développement (PNUD), les familles dirigées par des femmes et ne recevant pas d'argent de la part de leurs proches (et donc d'hommes) ont des taux de pauvreté plus élevés. Les femmes sont également plus susceptibles de se retrouver au chômage. En comparaison des hommes, elles sont plus souvent sujettes aux réductions des aides sociales ainsi qu'à l'insécurité alimentaire en raison de leur faibles niveaux de revenu total. « Accoucher et élever des enfants » Selon une étude menée par la Banque mondiale en 2007,...

Les crimes d’honneur en Irak: un cauchemar sans fin

Bassora, au sud de l'Irak : une ville riche en or noir et dominée par les miliciens. La capitale provinciale s'embrase régulièrement dans des conflits tribaux tout en restant soumise aux partis religieux fidèles à l'Iran depuis l'invasion américaine en 2003.Bassora abrite le seul accès de l'Irak à la mer, sur les rives du fleuve Shatt al-Arab, qui coule dans le golfe Arabo-persique. Ce hub hautement stratégique est devenu un point de transit pour la contrebande et l'importation de marchandises diverses. La ville de Bassora est riche en or noir et dominée par les miliciens. La capitale provinciale s'embrase régulièrement dans des conflits tribaux tout en restant soumise aux partis religieux fidèles à l'Iran depuis l'invasion américaine en 2003. Elle abrite le seul accès de l'Irak à la mer,...

Au fourneau: les femmes irakiennes à l’assaut des métiers masculins

Elles ont brisé les restrictions et défié les normes sociales… De nombreuses femmes Irakiennes sont contraintes d’exercer des professions habituellement monopolisées par les hommes. Travailler dans des métiers difficiles est un moyen pour elles de gagner leur vie. Certaines d'entre elles travaillent dans des briqueteries à la périphérie de Bagdad et d'autres pratiquent des métiers normalement réservés aux hommes comme la mécanique automobile. Dans les briqueteries de la région de Nahrawan, au sud de Bagdad, des dizaines de femmes ainsi que des enfants travaillent, la plupart d'entre elles étant contraintes de le faire pour assurer la subsistance de leur familles suite à des drame. Des milliers de ménages irakiens ont ainsi perdu leurs hommes sur le champ de bataille, et...